Haïti/ Insécurité/Assassinat de Monferrier Dorval:- Les coupables déjà identifiés par le Ministre des affaires étrangères haïtien dans une lettre à la communauté internationale

By | September 2, 2020
Haïti/ Insécurité/Assassinat de Monferrier Dorval:- Les coupables déjà identifiés par le Ministre des affaires étrangères haïtien dans une lettre à la communauté internationale
Haïti/ Insécurité/Assassinat de Monferrier Dorval:- Les coupables déjà identifiés par le Ministre des affaires étrangères haïtien dans une lettre à la communauté internationale

Depuis l’assassinat brutal du Bâtonnier de l’Ordre des Avocats, le pouvoir se livre dans une véritable bataille médiatique visant à imputer la responsabilité de cet acte crapuleux à ses adversaires. Si le président Jovenel Moïse dans une intervention à la presse avait insinué que les assassins de Me Monferrier Dorval pourraient être de l’opposition qui serait contre la réforme constitutionnelle que défendait le juriste, son ministre des affaires étrangères Claude Joseph a, sans langue de bois, identifié les auteurs de la montée de l’insécurité qui a déjà fait de nombreuses victimes.

Dans une lettre adressée au corps diplomatique en Haïti, le Chancelier y voit les mains des oligarques qui perdent les avantages indus dans les secteurs du pétrole et de l’énergie et un secteur de la vie politique qui joue la carte du chaos pour qu’il n’y ait pas d’élections.

” L’heure est grave. La montée du climat d’insécurité est dûe à un certain nombre de facteurs dont 3 méritent d’être soulignés: d’abord l’action de casser le monopole et les avantages indus dans les secteurs de l’énergie qui provoque la réaction de certains oligarques qui font tout pour maintenir leurs avantages; ensuite, le recours à la stratégie du chaos est la carte maîtresse d’un secteur de la vie politique qui veut tout faire pour qu’il n’y ait pas d’élections dans le pays; et finalement, si le monstre de l’insécurité a frappé l’un des plus fervents apôtres de la réforme constitutionnelle, c’est pour faire en sorte que celle-ci n’ait pas lieu”, déclare Claude Joseph dans une lettre à l’allure d’une plainte adressée aux représentants de la communauté internationale en Haïti.

Et à lui de poursuivre:” Je voudrais que les pays amis et partenaires d’Haïti en général et le corps diplomatique en particulier comprenne que la démocratie est aujourd’hui en proie aux pires menaces du fait de la convergence, entre autres, des trois facteurs précités”. 


Le ministre des affaires étrangères écrit à la communauté internationale pour leur faire comprendre qu’Haïti est frappée par le retour de ce qu’il appelle « les vieux démons anti-démocratiques et rétrogrades » et c’est le climat d’insécurité orchestré par ces forces qui aurait emporté Me Monferrier Dorval.

Ce lâche assassinat de ce fervent défenseur des idéaux démocratiques a révolté toute la famille haitienne, car, il s’agit d’un violent assaut lancé contre la démocratie haitienne en construction, le projet de réforme constitutionnelle et de stabilité politique dont Me Dorval était le valeureux héros, accuse par ailleurs Claude Joseph qui croit être dans l’obligation d’attirer l’attention des pays amis sur les enjeux de l’insécurité tout en les invitant à continuer à accompagner le  pouvoir et le peuple haïtien, dit-il.

Il rappelle à la communauté internationale que bien avant la crise du CORONAVIRUS, le secteur politique dit radical avait tout fait pour renverser le président Jovenel Moïse. 

Toujours selon la longue lettre aux étrangers du Dr Claude Joseph, ce secteur politique qu’il qualifie de radicaux n’a qu’un seul objectif: « renverser le président et mener le pays vers une transition ». Il a réitéré à l’international la volonté du président Jovenel Moïse d’organiser les élections durant l’année 2021 pour passer le maillet à un autre président élu le 7 février tout en appelant à son soutien pour la mise en marche du processus électoral. 

“Nous pensons également qu’un soutien de nos partenaires et amis est indispensable pour mener à bien le processus électoral dans le courant de l’année 2021 en vue de conserver les conditions de gouvernabilité du pays. Certains observateurs se réfèrent à Haïti comme étant un État faible. Nous sommes d’avis que si l’État est faible, c’est parce qu’il a été pendant longtemps en proie à des forces qui n’ont eu de cesse de l’affaiblir. Un État affaibli n’est donc pas un processus irréversible. Voilà pourquoi un soutien multiforme de nos partenaires et amis est urgent afin de renforcer la capacité des institutions publiques à poursuivre le processus électoral”, a renchéri Claude Joseph.


Après avoir dénoncé les adversaires politiques du pouvoir à l’international comme étant les responsables de l’insécurité qui a tué le Bâtonnier, entre autres, le Chancelier haitien affirme que Jovenel Moïse serait prêt à dialoguer avec les protagonistes de la crise pour éviter que le pays ne plonge dans le chaos.


Par Jose Emmanuel