Jeunesse Montante condamne les menaces perpétrées à l’encontre de la RTVC

By | September 18, 2020
Jeunesse Montante condamne les menaces perpétrées à l’encontre de la RTVC

Jeunesse Montante condamne les menaces perpétrées à l’encontre de la RTVC

Dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi 16 septembre, dont une copie a été transférée à la rédaction de TripFoumi Enfo, la structure dénommée Jeunesse Montante (JM) dit condamner et dénoncer avec la plus grande rigueur les attaques de toute sorte perpétrées à l’encontre de la Radio Télévision Caraïbes (RTVC).

Jeunesse Montante (JM) condamne les menaces honteuses proférées, par des individus mal intentionnés, à l’encontre de la Radio Télévision Caraïbes, peut-on lire dans la note qui également a condamné les actes de vandalisme orchestrés à l’égard de nombreuses autres institutions prestigieuses du pays.

Ce noble établissement, qu’est la Radio Télévision Caraïbes mérite d’être protégé par la façon dont il incarne les valeurs de la République dans toute sa splendeur a poursuivi la note.

Jeunesse Montante rappelle que la RTVC offre déjà ses services à plusieurs générations du pays, notamment pendant plus de 60 années d’existence. La longévité de ladite institution en dit déjà trop.

On n’est plus dans un pays vivant sous le règne de la pensée unique. Les violences, les atteintes aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles doivent être combattues sous toutes les formes, si nous voulons renforcer réellement notre Démocratie a martelé l’organisation.

Par ailleurs, la note précise que le vivre ensemble que les Haïtiens chérissent tous ne peut se faire que dans la sérénité et le dialogue.

Il faut bien le rappeler que dans un pays où s’installe le cercle vicieux de la corruption, l’indépendance des médias reste un combat quotidien.

« La grande dame qu’est la Caraïbes des radios et qui s’apprête à célébrer ses 75 ans s’est très bien distinguée du lot. Il faut bien le reconnaitre que la Radio Télévision Caraïbes est un patrimoine national. Elle est un bien commun comme tous les autres médias de la place, poursuit le communiqué qui profite pour dire qu’il ne saurait avoir de la fierté en voulant s’en prendre à une institution de telle envergure, comme ça devrait être le cas pour de nombreux médias haïtiens par rapport à leur ligne éditoriale.

La note conclu pour demander, à l’heure actuelle où sommes nous?

Nous ériger systématiquement contre le mal, peu importe l’endroit où il vient, est un devoir citoyen.

Citoyen, citoyenne jouons notre rôle de vigile.
Vive la République !!!
Vive la liberté de la Presse !!!

Jean Rony ALEXANDRE, Président