De la nécessité de protéger la Cour des Comptes contre les dérives de l’exécutif

By | September 29, 2020
De la nécessité de protéger la Cour des Comptes contre les dérives de l’exécutif
De la nécessité de protéger la Cour des Comptes contre les dérives de l’exécutif

Voulant se dédouaner de toute responsabilité, l’exécutif, ayant à sa tête Jovenel Moïse; cherche toujours un bouc émissaire. Quand ce n’est pas le parlement qui refuse de voter une loi sur l’électricité 24/24, c’est Dimitri Vorbe qui joue contre la République.

Aujourd’hui, ce n’est ni le parlement, ni Dimitri Vorbe, c’est la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) qui est dans le viseur du PHTK et alliés.

Il ignore avoir eu au parlement la majorité tant au Sénat qu’à la chambre des députés. PHTK arrivait à contrôler les centrales électriques qui appartenaient à la Sogener, et ne peut pas exécuter la promesse d’électricité 20/24.

Aujourd’hui, l’exécutif joue pieds et mains pour salir l’image de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif dans le seul et unique but de construire un grand boulevard favorisant la corruption et autres actes méchants et illégaux qui ne seront pas profitables au trésor public.

La seule institution qui détient un minimum de crédit fait l’objet de plusieurs attaques depuis des mois par : tantôt des journalistes qui se font passer pour analystes politiques, prononçant des propos sans fondement dans le but de discréditer les conseillers de la CSC/CS; tantôt par des faux comptes qui sont créés sur les réseaux sociaux qu’à des fins propagandistes.

Récemment, le Ministre des Travaux Publics, Transports et Communication, Joaseus Nader, a débarqué dans l’enceinte de l’institution sans autorisation avec une bande d’hommes armés pour menacer , Regavil Boisguené, président de la cour qui venait tout juste d’être réélu. Au lieu de questionner le ministre qui serait passible de démission immédiate, dans un pays sérieux, des journalistes se mettent à attaquer la cour prétextant que d’autres journalistes ont été séquestrés.

Alors que, et le ministre, et le corps de journalistes qui se mettait filmer l’espace sans autorisation aucune, ils étaient tous gardés à l’intérieur de la cour attendant un juge de paix et le Premier Ministre pour qu’il prenne connaissance des dérives.

Comme le parlement n’est plu. L’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) leur est désormais appartenue. Ils veulent contrôler la Cour des Comptes qui annonce pour bientôt la publication des arrêts suivant le rapport complet sur la dépense du fonds PetroCaribe.

Le seul moyen de faire obstacle au procès PetroCaribe est de le tuer à l’oeuf. Donc, le contrôle de l’institution est leur objectif.

Fort de cela, il incombe à tout haïtien de protéger la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif contre les attaques combien inadmissibles et nauséeuses des propagandistes, journalistes de l’équipe et l’exécutif en soi contre les conseillers de la Cour, surtout contre le président.

SOURCE: TRIPFOUMI